Existe-t-il un eldorado pour recruter des développeurs ? A Paris en plein milieu du sentier ? En banlieue ? A Bordeaux, Lyon, ou San Francisco ? A la campagne ?

Mauvaise nouvelle : La pénurie de bons candidats dans le numérique est généralisée, il n’existe donc pas d’eldorado pour recruter des talents, ni dans l’IT, ni dans les autres secteurs. Toutes les régions, voire tous les pays du monde sont concernés par le manque de candidats.
Pour autant, dans cette pénurie de ressources IT généralisée, il existe des tendances qui se dégagent… 

A quelle qualité de vie aspirent aujourd’hui les talents ?

Annecy, en Auvergne-Rhône-Alpes

Une des tendances qui prend de l’ampleur en France et dans le monde chez les jeunes actifs, est de vouloir conjuguer une belle carrière avec une qualité de vie optimale en dehors des capitales : Paris, Londres ou Berlin. 

Paris, entre autres, a effectivement du mal à proposer aux talents un équilibre entre leur vie personnelle et leur vie professionnelle. En cause : les prix de l’immobilier, puis le temps passé dans les transports essentiellement. Suivent également le stress, le manque d’espace, le temps nécessaire pour sortir de la ville, le coût de la vie et l’insécurité…

Preuve de cette tendance qui grandit, actuellement, 60% des cadres franciliens sont prêts à diminuer leur salaire pour améliorer leur qualité de vie et 30% des cadres ont déjà entamé des démarches pour quitter la région parisienne (source : Cadremploi). L’espoir de trouver une qualité de vie meilleure pour leur famille est donc assez important pour qu’ils renoncent à gagner plus. D’ailleurs gagnent-ils vraiment plus ? NON

Prenons un exemple concret avec un cas habituel de candidat inscrit sur Laou.fr :

Un jeune cadre dans l’informatique, Corentin,développeur web, 30 ans, touche 50K€ à Paris, soit un salaire mensuel net après impôt d’environ 2800€, en statut cadre. Il vit dans un 40m² qu’il paie 1500€ et partage avec sa compagne.

Il trouve un job à Tours et part vivre là-bas. Le salaire qui lui est versé par sa nouvelle entreprise est de 44K€, soit un salaire mensuel net après impôt de 2500€. Pour 1000€ par mois, à Tours, soit 30% moins cher, il pourra louer un appartement entre 70 & 90m², ou carrément une maison (cf Recherches effectuées sur Seloger le 16 septembre 2019). Il va donc à minima doubler sa surface vitale, en payant 30% moins cher son logement qu’à Paris.

RÉSULTAT :
1. Il multiplie par 2 sa surface, mais paye 30% de moins son loyer
2. Il économise 200€ par mois.
3. Son sentiment de qualité de vie s’est considérablement amélioré alors qu’il gagne moins.

A noter :

  • La différence de salaire entre un cadre parisien et un cadre en province se situe entre 5% et 25% selon les régions.
  • Les dépenses de transport, pour toutes les personnes vivant en centre ville en France ne varient pas vis à vis de Paris. Elles évoluent si le choix du couple se porte sur la campagne ou périphérie et qu’ils continuent de travailler en centre-ville, auquel cas il faut ajouter les dépenses de transport voiture aux dépenses du couple.

Comment les entreprises s’adaptent à ces nouveaux besoins ?

Les entreprises en province sont en train de faire de leur localisation un avantage concurrentiel pour recruter.
En plus de proposer des carrières aussi intéressantes que les startups ou grands comptes franciliens, elles jouent désormais sur leur proximité avec la montagne, la mer, la campagne, sur leurs locaux avec vue ou encore leur présence au cœur d’écosystème reconnus (Bordeaux et les jeux vidéos, Toulouse et l’aéronautique, la Bretagne et la cybersécurité, etc…) pour attirer les meilleurs.

Parmi les startups dont on parle beaucoup en France actuellement, une grande partie est née en région et continue à se développer avec leur siège en province :

  • Klaxoon à Rennes, qui a levé 50M$ en 2018
  • Sellsy à La Rochelle, avec ses fameux locaux les pieds dans l’eau et l’organisation de la régate « la startup cup » chaque année
  • Allegorithmic à Clermont-Ferrand, qui vient de se faire racheter par Adobe
  • Sanilea, à Limoges, la nouvelle pépite numérique et santé…

D’autres géants du numérique sont aussi nés en région, notamment de nombreux éditeurs de logiciel à Lyon, comme Esker (cf photo ci-dessous)

Un certain nombre de startups nées en région parisienne ont aussi décidé de s’installer en province pour en faire un atout de recrutement, voire parce que les fondateurs partageaient également cette envie de vivre en région, par exemple Georges Tech, à Lyon qui vient de lever 10M€.
D’autres ont décidé d’y ouvrir un bureau secondaire, par exemple Owkin à Nantes, associée aux équipes de Substra Foundation ou encore Do You Dream Up à Bordeaux .
Des entreprises techs plus grandes ont également sauté le pas dans la capitale néo-aquitaine : Deezer, Betclic…

Cependant, pas besoin d’avoir son siège dans l’une des plus grandes métropoles de France pour attirer...

Les métropoles les plus connues ont depuis plusieurs années le vent en poupe auprès des talents, c’est vrai. On parle notamment de Bordeaux régulièrement comme la ville la plus attractive de France. De façon générale, Toulouse, Montpellier, Nantes, Bordeaux ou Lyon sont souvent citées par les candidats sur Laou.fr, mais surtout parce que ce sont les villes dont tout le monde parle tout le temps, notamment les médias, pas forcément parce qu’ils ont vraiment des critères précis qui les emmènent vers là-bas.

En réalité, en creusant avec chaque candidat, on se rend compte que Bordeaux ne convient pas à tout le monde…
Les métropoles moins connues ou les petites et moyennes villes ont désormais une nouvelle carte à jouer, celle de la proximité et de la convivialité : face à l’anonymat, au stress, à la sur-concentration vécue par les urbains dans les 10 plus grandes villes de France, de nombreux candidats parient sur la convivialité et des villes à taille humaine.

Les avantages à vendre aux talents si votre entreprise est en province :

60% des développeurs web VIVENT ET TRAVAILLENT DÉJÀ en province (source : Stackoverflow). Les avantages qu’ils y trouvent sont les suivants :

  • La vie culturelle et sociale est tout aussi riche qu’à Paris :
    Il y a des théâtres, des scènes musicales riches, des festivals, des cinémas, des bistrots, des cafés, des restaurants gastronomiques, des concerts partout ! C’est un élément essentiel sur lequel les rassurer.
  • Par ailleurs cette vie culturelle et sociale est facilitée car on perd moins de temps dans les transports. On peut plus facilement rejoindre ses amis ou sa famille pour un événement lorsqu’on met 10 ou 20 minutes en transport, à pied ou en voiture. Par ailleurs, il y a tout autant d’offres associatives, culturelles, de concert, festivals, cinémas ou d’expositions en région.
  • Les prix de l’immobilier en province rendent facilement accessible le rêve d’acheter une maison avec un jardin ou un très bel appartement de 150m² en centre-ville.
  • Les temps de transport domicile-travail sont diminués par 2, 3 ou 4 en province pour rejoindre son bureau et les transports en commun ne sont pas bondés ce qui rend le trajet plus serein.
  • Le télé-travail du vendredi après-midi, il est encore plus sympa quand on a la 4G ou la fibre et que son logement donne sur une rivière, la mer, ou les volcans…

Conclusion :

  • La marque employeur de votre entreprise est importante aujourd’hui pour attirer les talents, la marque de votre territoire aussi.
  • Si vous trouvez les atouts de votre territoire et que vous n’hésitez pas à les mettre en avant de façon assumée, les candidats seront attirés.
  • Votre responsabilité est grande dans l’attractivité de votre territoire : si vos salariés et vos équipes sont fières de leur région, ils le diront, le transmettront aux candidats qui postulent, et vous recruterez plus facilement.

Le mot de Laou : Soyez fiers de votre ville, vous attirerez les meilleurs !

L’équipe de la startup Domraider devant les volcans à Clermont-Ferrand.